L’intégration régionale est une chance pour la Côte d’Ivoire!

Le 1er Juillet 2016, en tant que Ministre du Commerce de Côte d’Ivoire, j’ai été invité à participer à une rencontre organisée par Afrique Développement et la Société ivoirienne de banque. Cette dernière portait sur le « Commerce intra-africain : leviers d’accélération de l’intégration régionale ».

L’intégration régionale puis l’intégration continentale sont des piliers de développement importants. En facilitant les échanges entre pays africains, nous augmentons les opportunités de développement des entreprises. C’est également un facteur de création de richesses et d’emplois dans nos économies. Pour la Côte d’Ivoire, l’intégration régionale est un enjeu capital tant l’Afrique de l’ouest offre un potentiel énorme.

Pour créer une intégration régionale solide, les États se doivent de travailler sur cinq principaux axes : l’intégration commerciale, l’intégration financière et économique, l’intégration productive, la libre circulation des personnes et les infrastructures régionales.

Dans chacun des axes, la Côte d’Ivoire possède de véritables atouts. Notre rôle en tant que pouvoir public est de capitaliser sur ces forces pour permettre à nos entreprises de s’implanter dans toute la région.

Pour cela, nous devons développer les infrastructures régionales. C’est le cas du corridor Abidjan-Lagos. Cet axe est le plus important d’Afrique de l’ouest. Il concentre 75 % des activités économiques de la région et abrite plus de 35 millions de personnes. Entre Abidjan et Lagos, nous trouvons également 5 capitales économiques et 5 ports qui servent de point d’entrée pour l’arrière-pays de notre région.

Il est aisément compréhensible que le développement cohérent et stratégique du corridor Abidjan-Lagos peut développer un potentiel socio-économique immense. Ce qui est aujourd’hui un couloir commercial et logistique doit aussi devenir un axe de développement humain qui rayonnera sur l’ensemble région. Pour cela, nous devons accomplir le projet d’autoroute sur les 1 022 km allant d’Abidjan à Lagos. L’autoroute reliant Abidjan à Grand-Bassam ouverte dont nous allons bientôt fêter le premier anniversaire est la première partie du projet.

L’exemple du corridor Abidjan-Lagos pose également la question de la libre circulation des biens et des personnes, autre point important pour arriver à une intégration régionale réussie. Chaque année plus de 47 millions de personnes emprunte le corridor Abidjan-Lagos. Tout en garantissant la liberté de mouvement, nous devons assurer l’intégrité physique des personnes et des biens ainsi que la sécurité sanitaire. La dernière crise d’Ebola nous a démontré qu’il était nécessaire de développer des plans de gestion des risques sanitaires. Il est également important de rappeler que les populations frontalières sont davantage victimes du VIH. Cette situation ne peut pas perdurer. Pour cela, nous devons consolider les mécanismes de collaboration entre nos différents pays.

Nous devons formuler une réponse commune à ces fléaux.

Tout en garantissant la liberté de mouvement, nous devons assurer l’intégrité physique des personnes et des biens ainsi que la sécurité sanitaire. La dernière crise d’Ebola nous a démontré qu’il était nécessaire de développer des plans de gestion des risques sanitaires. Il est également important de rappeler que les populations frontalières sont davantage victimes du VIH. Cette situation ne peut pas perdurer. Pour cela, nous devons consolider les mécanismes de collaboration entre nos différents pays. Nous devons formuler une réponse commune à ces fléaux.

Enfin, en tant que Ministre du Commerce, je voudrais rappeler la nécessité de travailler pour une meilleure intégration commerciale. Pour ce, nous devons lever les barrières physiques et non tarifaires qui pèsent pour près de 70% du coût de revient des marchandises.

En orientant les efforts de chaque pays vers une amélioration de l’environnement, nous serons en mesure de transformer le corridor Abidjan-Lagos en zone de création de richesse inclusive. Cette richesse permettra un développement pérenne des autres espaces géographiques grâce à une politique d’aménagement du territoire, aussi bien nationale que régionale.

L’intégration régionale nous offre des opportunités de développement pérenne. J’y crois personnellement, et j’amènerai mon pays mais aussi la région dans cette direction !

Laissez un commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  S'abonner  
Me notifier des