L’épreuve de la lutte contre la corruption est l’affaire de tous!

Je déplore qu’un fléau comme la corruption continue à mettre à mal notre économie. Au regard des études menées sur le terrain et des rapports publiés par des structures nationales et internationales la corruption entrave notre développement. La corruption est un mal sournois et polymorphe. Nous faisons trop souvent référence au détournements de fonds et au pot de vin alors qu’il y a de nombreuses autres formes. Je pourrais citer le népotisme ou le blanchiment d’agent. Tout cela sont des formes de corruption.

Nous devons lutter pour faire disparaître ces agissements de la Côte d’Ivoire. En tant que Ministre du Commerce de Côte d’Ivoire, je sais parfaitement que les victimes de la corruption sont les commerçants et les consommateurs. Pendant trop longtemps, nous avons payé le prix cher. Cela doit prendre fin.

Cela passera par la volonté politique et par la prise de conscience de la population. Notre société doit comprendre l’importance de briser la chaine de la corruption. Nous devons avoir le courage d’être celui qui refuse de perpétuer cette culture néfaste. J’ai bien conscience de la difficulté d’être la personne en rupture. Il est même possible d’être stigmatisé ou marginalisé par le plus grand nombre, sur notre lieu de travail voire la société. Une double peine pour une personne qui lutte pour le bien et l’éthique. Pourtant je voudrais vous rassurer.

En brisant la chaine de la corruption, chaque citoyen pourra compter sur mon soutien et sur celui des plus hautes autorités de l’Etat, le Chef de l’Etat en tête. Le message est clair. Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison.

S.E.M le Président Alassane Dramane Ouattara, dès sa prise de fonction, a fait de la lutte contre la corruption une des priorités de sa gouvernance. En cela, nous devons tous saluer son courage. C’est en effet indispensable pour atteindre nos objectifs de développement et créer une cohésion sociale solide. Des mesures ont ainsi été prises par le gouvernement pour relever les nombreux défis comme le décret anti-corruption de 2013 ou la mise en place de nouveaux services de lutte contre la corruption : la Brigade de Lutte contre la Corruption (2012), la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance (2014) et l’Unité de Lutte contre le Racket (2014), destinée à mettre fin au racket au niveau des barrages routiers. Ces réformes ont déjà commencé à donner des résultats et à changer la culture.

La Côte d’Ivoire est passée de la 136e à la 107e place dans le classement Transparency International. Nous progressons, il faut continuer !

En tant que Ministre du Commerce de Côte d’Ivoire, je voudrais rendre hommage à M. le Premier ministre Seydou Diarra, un homme d’une éthique exceptionnel. À la tête de la Haute autorité pour la bonne gouvernance son travail est exemplaire. Il doit nous inspirer à prendre les bonnes décisions pour l’intérêt général.

Je voudrais également encourager tous les héros du quotidien qui luttent contre la corruption. Le Gouvernement est là pour vous accompagner et porter la population ivoirienne jusqu’à cette émergence que nous espérons tous. Ne laissons pas la corruption entraver notre avenir. JLB

Laissez un commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  S'abonner  
Me notifier des