L’aménagement du territoire, une réponse à la croissance démographique

La question démographique est cruciale pour notre pays.

Aujourd’hui, la croissance démographique de la Côte d’Ivoire est de 2,6%.  Cela signifie que notre population sera de près de 50 millions d’habitants en 2050 alors qu’elle était d’environ 4 millions dans les années 1960.La dynamique formidable dans laquelle nous sommes permet à la Côte d’Ivoire de bénéficier du dividende démographique, si nous faisons les bons choix dès maintenant.

Le dividende démographique est une notion économique qui correspond à une période durant laquelle un pays connait une pyramide des âges particulière causée par une baisse de la natalité. Cela engendre un très grand nombre de jeunes adultes porteurs de valeurs ajoutées et relativement peu d’enfants et de personnes âgées.

La hausse de la part de la population ivoirienne en âge de travailler, la population active, est une occasion unique pour booster notre croissance qui est déjà à un niveau élevé.

Les effets positifs d’une augmentation de la population active sont nombreux. L’épargne disponible s’accroit, il y a plus d’efficience et plus d’innovation, pour ne citer que quelques-uns des avantages.

Evidemment, nous devons nous assurer que les jeunes qui entreront dans le marché du travail aient les compétences nécessaires. Le gouvernement est pleinement engagé avec des réformes de l’éducation nationale mais également des investissements dans les infrastructures scolaires. C’est également le cas des infrastructures physiques.

Là encore, je ne répéterai jamais assez les efforts consentis par le gouvernement, sous le leadership du Président de la République. Avec 31% du budget 2016 consacré aux investissements publics, le gouvernement fait preuve de volontarisme et démontre sa volonté d’améliorer la compétitivité de la Côte d’Ivoire.

Toutefois, j’aimerais m’attarder sur la notion d’aménagement du territoire. En effet cet outil de planification publique est essentiel dans le contexte ivoirien car nous connaissons une urbanisation rapide parallèle à la croissance démographique.

Alors qu’il y aura de plus en plus de personnes en âge de travailler, il est primordial de s’assurer qu’ils trouvent un emploi non loin de chez eux.

Sans ça, nous connaitrons des déplacements massifs de travailleurs vers les zones urbaines ayant davantage d’opportunité.

Clairement, nous devons changer de paradigme. Aujourd’hui, 49,7% de la population vit en milieu urbain, dont 19,4 % à Abidjan. Si les populations se concentrent à Abidjan c’est pour une raison simple : Abidjan abrite l’essentiel des activités économiques. Sans affaiblir Abidjan pour renforcer d’autres villes, nous devons multiplier les pôles d’excellence. Par l’aménagement du territoire, nous devons permettre aux autres villes d’avoir un rayonnement au moins égal à Abidjan.

C’est la décision stratégique que nous avons prise avec des projets structurants capables d’impulser une nouvelle dynamique. C’est le cas des investissements pour doubler la production électrique à l’horizon 2020. L’électricité est la base du développement territorial et de la croissance économique. C’est le cas également de l’aménagement du corridor routier Bamako San-Pedro qui offrira des opportunités économiques au population.

Comme gouverner c’est prévoir, je suis engagé à faire le nécessaire pour tirer profit du dividende démographique.

Laissez un commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  S'abonner  
Me notifier des